Homme à la mer

Il est parfois difficile de parler de manœuvre de récupération d’homme à la mer, sans prendre le risque d’être trop théorique et peu pertinent. C’est la réflexion que je me suis faite avec des collègues moniteur de voile, alors que nous entamions une formation professionnelle.

On en conclue assez vite que la solution pour en parler sans tomber dans le discours théorique, c’est le faire en vrai, ou du moins, de faire une simulation en se rapprochant le plus possible du réel. Donc c’est décidé, je m’équiperai d’une combinaison de survie et j’irai braver les températures hivernales de la baie de Quiberon (7°c°) et du vent (20 nœuds de sud-est) de ce mois de janvier, en me mettant dans la situation de l’homme à la mer. Nous sommes 4 équipiers à bord, tous moniteurs de voile professionnels. Un équipier assurera l’enregistrement d’images. Le bateau utilisé n’est autre que Pen Duick 5, équipé de voiles sur mousquetons.  Afin de  garantir une sécurité maximum, j’ai demandé à être suivi par un zodiac qui assurera la prise d’images en vidéo ainsi que la sécurité au cas où.

Avant de nous lancer, on décide tous ensemble d’une méthode qui convienne aux plus grand nombre de voiliers, quel que soit leurs tailles, franc-bord, vitesse de croisière ou allure. Dans un but d’efficacité, on décide de faire des répétitions en matinée, avant de faire de réelles simulations l’après-midi pour valider ou pas notre méthode de récupération.

Les détails logistiques étant calés,se pose la question de la méthodologie pour créer cette procédure. Comment faire pour que cela convienne  la plus grande variété de bateau? Comment faire pour qu’on puisse retenir la procédure facilement?
La plus « célèbre » procédure d’urgence est sans nul doute le PAS ,  issue des formations de secourisme de premier niveau, pour « Protéger Alerter Secourir ». Construite uniquement avec des verbes d’actions, elle permet de distinguer et de hiérarchiser les différentes étapes et d’être retenue facilement.

Notre choix se porte sur ce principe et après quelques débats nous sommes tous d’accord pour dire que les étapes importantes sont;

  • Alerter, pour prévenir l’équipage en criant « homme à la mer », et pour prévenir les autres bateaux aux alentours ainsi que les autorités à terre, en passant un message d’urgence par VHF.
  • Repérer, pour ne pas perdre de vue la victime tombé par dessus bord. les moyens pour cette étape sont nombreux; un équipier qui pointe du doigt, un « dispositif » de repérage du type perche IOR, touche Man Over Board du GPS, de la fluorescéine, un fumigène, des coussins, des gilets, bref tout ce qui est à portée de main.
  • S’arrêter. quelque soit l’allure, du prés au vent arrière sous spi, une fois l’alerte émise et le repérage effectué il est nécessaire de s’arrêter, en affalant les voiles et ou en se mettant dans une position ou les voiles sont moins voir plus propulsive.
  • revenir vers la victime, à la voile, au moteur ou avec les deux.
  • récupérer l’homme à la mer.

Comme convenu, nous répétons plusieurs fois, la manœuvre en matinée et nous faisons les constats suivants;

  • Dans les allures proches du vent, comme le prés ou le vent de travers, il est nécessaire de faire demi tour en passant sous le vent de l’homme à la mer. un demi-tour simple ne permet pas de revenir proche de la victime.(voir schéma ci dessous)
  •  Autres constats, on peut ralentir voir s’arrêter  en affalant la voile d’avant.

Soit on affale en lofant, c’est à dire en montant face au vent, et dans ce cas 2 constats;

  1. Plus on monte au vent et plus  il sera nécessaire de redescendre d’avantage sous le vent pour suivre la trajectoire du schéma précédent. De plus, l’affalage en montant au vent fait fasseyer les voiles ce qui augmentent le bruit  ce qui oblige à parler plus fort pour se faire entendre, ce qui créer de la tension au sein de l’équipage pour ne pas dire du stress. Rajouter à cela le battement des écoutes des voiles d’avant, et le fait de remonter au vent place le voilier face au vague et provoque un tangage.
  2. Soit on affale en allant sur une allure portante sans changer les réglages des voiles.  et supprime le bruit stressant des voiles et du gréement qui tremble, le bateau se stabilise à plat, les tension dans les voiles diminue ce qui rend plus facile la manœuvre d’affalage.capture

Bref vous l’aurez compris, notre choix s’oriente vers l’affalage en abattant.

  • Nous avons utilisé plusieurs outils de repérage, et le fumigène s’avère être un bon outil, tout comme le fait d’agiter les bras pour la personne tombé à l’eau.

Suite à ces constats, nous avons réalisé une séquence vidéo qui reprend les différents éléments cités dans l’article. J’espère qu’elle apportera quelques repères, quelques idées nouvelles et qu’elle vous incitera à faire faire des simulations ou des entrainement.

Il est important de rappeler que le nombre de type de voilier, de gréement, de carène est important,  par conséquent la seule manœuvre de récupération de l’homme à la mer qui convienne a votre bateau sera celle qui vous aurez testé. Alors n’hésitez pas à vous entrainer avec votre voilier et vos équipiers, ces simulations valent beaucoup plus que de joli discours.

 

Publicités

2 réponses à “Homme à la mer

  1. alain jerome saniez

    Bonjour,
    Video très intéressante mettant en évidence qu’aucun des membres de l’équipage n’est attaché! comment fait-on quand un deuxième homme tombe à l’eau?
    Le sujet de l’homme à la mer est récurent, mais celui de celui qui ne tombe pas à la mer devrait être approfondi; tout particulièrement pour les équipages réduits.

    • davidalexandre2013

      merci pour le commentaire, et entendu pour réfléchir sur celui qui ne tombe pas en équipage réduit.
      David

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s